O! la lettre matériO' #118

          © Edward Hopper & matériO'

 

La loi de Pareto  

    Démarrons par un petit rappel de vos cours de maths de première, avec une loi statistique que je vous conseille vivement de garder en tête, tant elle est éclairante en ces temps troublés. Je veux parler ici du principe de Pareto, du nom d’un obscur économiste italien du XIXe siècle qui, sur un simple constat empirique, énonça que 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes. Dit autrement, un projet atteindra 80% de ses objectifs avec seulement 20% de l'investissement prévu, le reliquat nécessitant quand à lui un effort beaucoup plus conséquent. Si ce n’est toujours pas clair, prenons l’exemple de la confiture, ça parle toujours la confiture, pas seulement avec la loi de Murphy et ses tartines! Si par inadvertance vous renversez un pot entier de confiture sur le sol, vous n’aurez aucun mal à ramasser rapidement 80% de cette mélasse avec une simple louche, mais il sera beaucoup plus difficile et long (voire impossible) de récupérer l’intégralité du pot, les fameux 100%. Mais pourquoi diable parler ici de Pareto, de confiture, de petite cuillère et de statistiques? Vous ne voyez pas?…
    C’est simple, il suffit de remplacer la confiture renversée sur le sol par le COVID s’abattant sur Terre (curieux quand même, formulé comme ça). Alors la louche, c’est la série de mesures efficaces, simples et peu contraignantes comme le lavage systématique des mains, le maintient d’une certaine distance physique avec ses congénères lorsqu’elle ne pèse pas trop sur notre équilibre mental et relationnel, ou le fait de garder à l’esprit qu’éventuellement nous sommes porteurs de confiture (euh pardon, du virus) et qu’il est souhaitable d’éviter d’éternuer à la figure de notre voisin. Mais la surenchère actuelle de mesures sanitaires dérisoires sur le plan de l’efficacité (sens giratoire dans les couloirs des entreprises, port du masque généralisé, mise en quarantaine du courrier durant 24h, nettoyage permanent des poignées, rampes et objets divers) est assurément anxiogène et délétère pour nos "relations humaines".
    Nous voyons fleurir ces dernières semaines des dizaines de projets baroques de designers pour imaginer le "monde d’après", visiblement encore parano: visières de protection élégantes et siglées, accessoires astucieux pour actionner une poignée de porte sans la toucher, aménagements pour restaurant ou chacun est sous cloche, vêtements qui intègrent dès la conception le masque filtrant en non-tissé cuivre bactéricide, la capuche qui sert en même temps d’écran de protection, la manche qui cache des gants pour me permettre de choisir mes légumes en toute sérénité etc.. Ces projets font froid dans le dos, c’est comme une capitulation face à une peur irraisonnée, une acceptation d’un avenir qui n'a plus grand rapport avec la vie, ses bonheurs et ses risques. Cela a-t-il un sens que de vivre dans un monde ou votre boulanger se retrouve "enplastiqué" derriere son comptoir, étouffant sous son masque, et vous rend votre monnaie dans un curieux ballet pour éviter tout contact direct, toutes ces contraintes générant un climat de suspicion permanente. Le jeu n’en vaut pas la chandelle, j’ai effectivement 0,002% de malchance d’être contaminé par mon boulanger, mais cela me déprime à 100% de ne pas voir son visage, son sourire ou sa sale tronche. 
Souhaitons-nous vraiment vivre dans un monde de bulles individuelles aseptisées? Les vrais enjeux ne sont-ils pas ailleurs?

Quentin


Pareto Principle...

    Let's start with a little reminder of your high school math lessons, with a statistical law that I urge you to keep in mind, enlightening as it is during those troubled times. I am referring here to the Pareto principle, from the name of an obscure 19th century Italian economist who, based on simple empirical evidence, stated that 80% of the effects are the result of 20% of the causes. In other words, it only takes 20% of the effort needed in a project to achieve 80% of its goals, complete success then requiring a much greater investment. If it's still not clear, let's take the example of jam, jam is a great explainer, not just with Murphy's law and its sandwiches! If you carelessly spill a whole jar of jam on the ground, you will most likely not have much trouble recovering 80% of this molasses quickly with a simple spoon, but it will be much more difficult and long (if not impossible) to recover the entire amount of the pot, the famous 100%. But why the hell are we talking about Pareto, jam, spoons and statistics here? Don't you see?…
    It's simple, just replace "spilled jam" with "COVID pandemy descending upon the world" (curious anyway, formulated like that). The spoon is the series of simple and not-so-restrictive policies such as systematic handwashing, or the keeping of a certain physical distance with one's fellow humans when it does not weigh too much on our mental and relational balance, or to keep in mind that we might very well be carrying jam (uh sorry, the virus) and that it is desirable to avoid sneezing in the face of our neighbor. But the current escalation of sanitary measures, ridiculous in terms of efficiency (roundabouts in building alleys, systematic masking up, quarantining mail for 24 hours, permanent cleaning of handles, ramps and various objects) are undoubtedly deleterious to our "human relationships".
    We have seen dozens of baroque projects by designers during recent weeks to imagine the "next world", obviously still paranoid: elegant and branded protective visors, clever accessories to operate a door handle without touching it, fittings for restaurants where everyone is under a bubble, clothing that includes in its very conception a filter made of bactericidal nonwoven copper layer, the hood that serves as a protective screen, a sleeve hiding gloves to allow me to pick vegetables in a state of utter serenity, etc. These projects are chilling, it's like a capitulation in the face of unreasonable fear, an acceptance of a future that no longer has much to do with life, its pleasures and its risks. Does it make sense to live in a world where the baker finds himself "plastified" behind his counter, suffocating under his mask, and gives you your change in an odd ballet to avoid any direct contact, all these constraints generating a climate of permanent suspicion. I don't think it's worth it. I am indeed 0.002% likely to be contaminated by him, but it 100% depresses me not to see his face, his smile or his dirty looks. Do we want to live in a world of individual bubbles? Aren't the real issues elsewhere?

Quentin

 

FRÜHSTÜCK LE 9 JUILLET
Et oui, prochain frühstück le 9 juillet, de 9h30 à 10h30. Toujours le même programme, présentation d'une trentaine de nouvelles merveilles sélectionnées par matériO', avec moult échantillons, mais une différence notable, ce petit déjeuner ne pourra se dérouler en "présentiel" (beurk) pour cause de queue de COVID, ce sera en ligne. Enfin toujours les mêmes conditions pour participer, être membre matériO' et s'inscrire ici, (mais il faudra prévoir vos chouquettes perso)

 

FRÜHSTÜCK ON JULY 9
The next frühstück will take place on July 9, from 9:30 am to 10:30 am. Always the same program, presentation of thirty new wonders selected by matériO', but only online (COVID Constraints). Finally, always the same conditions to participate, to be a member, to understand French and to register here, (with your own chouquettes, sorry)

LA BASE & LE COVID
Si vous n'avez pas été convaincu(e) par notre édito et notre comparaison hasardeuse entre confiture et pandémie, et que donc vous recherchez activement des solutions sanitaires satisfaisantes pour vos projets actuels, n'hésitez pas à interroger la base avec des termes comme COVID, virus, bactéries, médical etc... des centaines de réponses!


THE DATABASE & THE COVID

If you were not convinced by our editorial and our risky comparison between jam and pandemic, and therefore you are actively looking for satisfactory sanitary solutions for your current projects, do not hesitate to ask the base with terms like COVID, virus , bacteria, medical etc ... hundreds of answers!

PELLIS
Un superbe projet de Pauline Esparon, jeune designer fraichement émoulue de la Design Academy Eindoven. Un parchemin délicatement tendu sur une armature circulaire voilée, pour un luminaire qui sublime la matière brute. Une attention particulière aux matériaux employés, à leur authenticité et noblesse… matériO' espère ne pas être totalement étranger à ces aspirations. Pellis à voir ici


PELLIS  
A beautiful project by Pauline Esparon, young designer graduated of Design Academy  Eindoven. A delicately stretched parchment over a veiled circular frame, for an elegant  luminaire. Particular attention to the materials used, to and their nobility ... materiO hopes not to be totally foreign to these aspirations. Pellis to see here

Pause estivale 
Il est certes un peu tôt pour l'annoncer, mais il nous semble important que vous puissiez vous organiser en conséquence. Le showroom parisien de matériO' fermera ses portes le 31 juillet pour une quinzaine de jours. Nous serons ravis de vous retrouver à partir du 17 aout. La base matériO ainsi que notre blog blablamaterio.com restent bien sûr ouverts. Très bel été!


Summer Break

Yes, it is certainly a bit early to announce it, but it is important that you can organize yourself accordingly. matériO' Paris will be closed from July 31. We will be delighted to meet you on August 17th. The materialO base as well as our blog blablamaterio.com remain of course open. Very nice summer to you!